dimanche 29 juin 2014

La Perspective du Primate

Auteur : Jean-Fabien
Genre : Contemporain, Humour

Langue : Français
Pages : 346
Parution : 13 Décembre 2013
Éditeur : Paul&Mike Éditions
Prix : 17€

Résumé :

La grande richesse porte en elle une complexité qui laisse peu de chances à l’hésitation ou à l'indécision. De nombreuses sollicitations imposent le choix et le renoncement comme seul échappatoire : garder son argent sous son matelas ou le confier à un banquier véreux, l'investir dans les affaires ou alors s'offrir des danseuses ukrainiennes, faire ses courses chez Shopy ou flamber à la Tour d'argent.

Jean-Fabien, cadre supérieur dans une grande entreprise, médite sur sa condition d'homme et rencontre des femmes de tous horizons (l'horizontalité étant un de ses objectifs secondaires) avec le doute et la nécessité du choix qui le rapprochent du nanti : doit-il en choisir une ou diversifier son portefeuille ? Parier sur la jeunesse d'une courbe ou sur des valeurs sûres (avec l'amortissement associé) ? En fait, Jean-Fabien a de grandes théories sur tout et rien, il décide donc de les mettre en application à travers ce journal que vous tenez entre les mains et dont vous êtes peut-être l'héroïne (il a conscience, en effet, que son salut passe par la femme). En ce qui concerne le héros, il ne peut y en avoir qu'un.

Mon avis :

Après la lecture du Journal d'un écrivain sans succès, j'étais assez curieuse et enthousiaste de lire ce nouvel ouvrage de Jean-Fabien. Habituellement, quand je commence un livre, j'essaie de n'avoir aucune attente particulière pour être plus sûre de mon avis, mais là j'ai peur d'en avoir eu quelques-unes... qui malheureusement, malgré l'avertissement de l'auteur qui m'a dit clairement qu'il était différent du premier, n'ont pas été comblées.

Nous retrouvons dans cet ouvrage, Jean-Fabien, dans ces tribulations de dragueur pour résoudre le plus grand mystère que la Terre ait jamais porté : la femme. L'incertitude plane quant à savoir s'il s'agit du même Jean-Fabien que dans Le Journal, mais ce qui m'avait fait sourire et avoir une certaine indulgence pour le personnage dans le premier livre n'est pas là cette fois. Il est lourd, peu drôle et fait preuve d'une stupidité et d'un machisme qui rappelle pourquoi on déteste parfois les hommes.

J'ai suivi l'intégralité de ses aventures pour voir où ça nous mènerait et je dois avouer que j'ai été déçue. Le personnage traverse diverses aventures avec différentes "partenaires", ment, triche, en prend plein la figure, se moque des femmes, se ridiculise et finalement ne semble rien apprendre de ce qu'il traverse. Son seul but dans la vie semblant de développer la technique ultime de drague pour tomber toutes les femmes comme des mouches. Une des dernières scènes avec une femme vers la fin m'a donné une impression vraiment inconfortable car elle ressemblait dangereusement à un viol (en tout cas c'est comme ça que je l'ai perçue) même si les circonstances font qu'on se demande comment elle pourrait ignorer son entourage à ce point, mais cette réflexion ne m'a pas sortie de mon malaise pour autant.

L'auteur nous fait partager son style plein de verve et peint des personnages parfois à la limite du cliché et très hauts en couleur, mais c'est presque la seule chose qui m'a encouragée à continuer jusqu'à la fin de cet ouvrage qui m'a franchement refroidie. Peut-être qu'une métaphore profonde se cachait derrière toutes les (mes)aventures de Jean-Fabien mais je dois avouer que si c'est le cas, elle m'a complètement échappée.



C'était avec une certaine anticipation que je retrouvais cet auteur après Le Journal d'un écrivain sans succès et c'est peut-être une des raisons qui ont fait que j'en attendais peut-être trop. En tout cas, malgré un ton enjoué et une certaine autodérision, le style ne m'a pas autant séduite et je dois même avouée que j'ai été déçue par le manque d'évolution du personnage central et de "véritable intrigue" et les personnages étaient cette fois de vraies caricatures qui peinaient à séduire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire