samedi 2 septembre 2017

Le choix de la vestale


Auteur : Ophélie Pemmarty
Genre : Historique

Langue : Français
Pages : 452
Éditeur : Gloriana Éditions
Parution : 2 Avril 2017
Format : Ebook
Prix : 5,99€ (Ebook), 19,90€ (Papier)

Résumé :

Rome, l'an 273 avant J.C. Une jeune vestale est condamnée à être enterrée vivante pour avoir rompu ses vœux de chasteté. Son amant, ayant échappé à la justice, vient se suicider sur son tombeau. Le même espoir les avait animés : que leur amour renaisse un jour, peu importe le lieu ou l'époque... Paris, de nos jours. Benoit est tiré de son sommeil par un violent cauchemar, dans lequel figurait la Vestale. Mais plus de deux millénaires les séparent. Lorsqu'il est témoin de l'arrestation de Daphnée, quelques jours plus tard, il ne peut ignorer son étonnante ressemblance avec la Vestale martyre. Poussé par cette fascination, le jeune homme va tout tenter pour la faire innocenter et comprendre le lien qui paraît les unir l'un à l'autre. Comment pourraient-ils expliquer qu'ils fassent les mêmes rêves et qu'ils aient cette incroyable impression de se connaître depuis toujours ? Et si le passé et le présent n'étaient qu'une seule et même histoire ? Celle découlant du choix de la Vestale...

Mon avis :

Une jeune vestale est en chemin vers la mort dès le premier chapitre et son châtiment est décrit clairement tandis qu’un jeune homme y assiste, impuissant... Une fois tout le rituel terminé, un jeune homme se réveille de cette vision, à notre époque. Ainsi commence un long récit coupé entre une histoire qui s’est passé il y a plus de deux millénaires, entre deux couples qui semble avoir bien des choses en commun...

Je dois avouer que je n’ai réussi à m’attacher vraiment à aucun des personnages. Delia et Fabius ont une histoire brève et passionnée, mais nous en savons beaucoup plus sur elle que sur lui, son personnage a droit à très peu d’exposition malheureusement. En ce qui concerne Benoit et Daphnée, les choses sont très différentes, nous connaissons pratiquement tout de leur vie et bien que celle de la jeune femme soit presque tragique, je dois dire que je n’ai eu pour elle qu’une empathie limitée. Je pense que c’est probablement parce que les personnages sont presque « parfaits », au point d’en être presque lisses.

Même s’ils ont quelques défauts, ils sont beaux, intelligents, vivent des histoires tragiques et lisent à travers les autres personnes en se trompant si rarement que c’en est à peine croyable (ou plutôt pas du tout) Je dois avouer que pour moi, les personnages sont soit très très gentils, soit très très méchants, voire maléfiques. Et c’est probablement l’une des choses qui a le moins résonné en moi. Cela semble un discours plutôt naïf ou qui manque d’une certaine maturité de la vie.

Autre point auquel je n’ai pas vraiment adhéré : « l’insta-love ». Je suppose qu’on peut traduire ça par coup de foudre en français, mais je trouve que le côté complètement « instantané » et sorti de nulle part est plus visible en anglais ;) Dans leur vie présente, j’étais tentée de l’excuser à cause des rêves, car cela rend leur rencontre pas aussi premier contact que dans une relation traditionnelle, mais j’attendais quelque chose de différent pour leur vie antérieure, et malheureusement, ça été encore pire.

Je dois avouer que j’ai levé les yeux au ciel quand je me suis rendue compte que lors de leur première incarnation aussi, ça avait été instantané. Mais je pense que c’est en grande partie dû au fait que je n’étais pas particulièrement attachée aux personnages. Il leur manquait un petit quelque chose pour les rendre plus humains, plus réels. Un des personnages qui m’a paru le plus abouti était Valerio, étrangement. (à vous de lire le livre pour découvrir qui c’est...)

Les personnages secondaires, comme les parents de Benoit, ses meilleurs amis Stéphane et Marion sont bizarrement assez peu creusés, malgré une certaine présence dans le récit. Même Guillaume, le beau-fils de Daphnée, est un adolescent modèle. Quand ses amis sont interrogés par un étrange adulte qui vient leur poser des questions, ils répondent honnêtement sur ce qu’ils savent. C’était tellement pas possible. Aucun ado n’irait vous donner des infos comme ça, c’est juste pas possible.

Le livre était parti pour nous faire explorer la nature humaine et ce que peut représenter les choix de la foi et de l’amour dans la vie de quelqu’un, mais au final j’ai encore une fois trouvé les questionnements de Benoit superficiels et naïfs. Tout était beau et joli pendant que j’étais là en train de me demander ce que le jeune homme allait faire s’il quittait l’église, il n’a apparemment fait aucune étude puisqu’il est entré au séminaire à sa majorité, donc je suppose qu’il a un BAC et puis c’est tout. Est-ce qu’il vivrait aux crochets de sa compagne ? Demandera-t-il de l’aide à ses parents ? Le côté réellement pratique de la vie est passé à l’as même si je ne dis pas que ses questionnements envers sa foi n’étaient pas parfaitement légitimes, considérant sa profession...

Le rythme de l’histoire est très lent, même si nombre de choses se passent très vite, comme le travail de la justice (ce qui semble tellement incroyable que même Benoit s’en fait la réflexion, à un certain moment) Les choses s’enchaînent de manière logique (que je qualifierai presque de téléphonée, parfois) car je ne crois pas que la plupart des lecteurs-trices seront surpris dans leur lecture.

Alors, n’allez pas croire que tout est noir et que j’ai détesté ma lecture, loin de là ! Les descriptions sur la vie et les traditions des Romains il y a deux mille ans m’ont tout simplement fascinée, j’ai toujours adoré la mythologie et les anciennes et je dois avouer que c’était assez dépaysant. Les décors et les différents lieux où se rendent les personnages sont magnifiquement détaillés et on s’y croirait avec eux.


C’est un récit dépaysant qui explore sur le choix de vivre entre la raison et la passion, le risque de l’inconnu et le confort d’une vie déjà bien établie, qui est plutôt agréable mais pas impérissable. Un public plus âgé (ou plus cynique peut-être, allez savoir) risque de trouver les personnages comme le récit naïf et difficiles à s’y identifier. Je pense que ce livre sera susceptible de plaire à un public plus jeune que je ne le suis, qui apprécie la romance et qui aime découvrir d’anciennes cultures de manière immersive.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire